Le blog ELVI Immobilier

Toutes les infos sur l'immobilier en général

Archive pour novembre, 2014

Une vente avec un agent a 2,5 fois plus de chances de se concrétiser !

Posté : 28 novembre, 2014 @ 2:25 dans Non classé | Pas de commentaires »

Une vente avec un agent a 2,5 fois plus de chances de se concrétiser !

Alors que certains annonçaient la disparition de la profession au début des années 2000 avec l’avènement des sites de particuliers à particuliers, l’agent immobilier est resté un élément phare de la transaction immobilière. C’est en tout cas ce qui ressort de la dernière étude issue de l’Observatoire de l’Immobilier réalisée en juin dernier par AvendreAlouer.fr. Focus.

Les agents immobiliers sont-ils mal aimés ou tout simplement incompris ? Si la majorité des Français restent méfiants à l’égard des agents immobiliers, seuls 10 % d’entre eux refusent catégoriquement de faire appel à eux lorsqu’ils ont un projet immobilier. « Les Français se déclarent méfiants à 54 % en raison du manque de visibilité concernant le montant de leur commission« , explique Stéphane Anfosso, directeur général de A Vendre A Louer. Ils sont donc 90 % à considérer l’agent immobilier comme un élément indispensable pour mener à bien une transaction lorsqu’ils entament un projet d’achat. Pour ces derniers, les raisons de cette confiance sont multiples : leur solide connaissance du marché local pour 58 %, leurs expériences passées concluantes pour 34 % ou encore leur aptitude à estimer le prix le plus juste pour 32 %. « Une confiance accordée à juste titre puisque les particuliers qui se sont appuyés sur un agent immobilier ont été 2,5 fois plus nombreux à avoir concrétisé leur projet que ceux qui ont refusé de le faire », rappelle Stéphane Anfosso.

Le vote en assemblée générale des copropriétaires

Posté : 20 novembre, 2014 @ 9:34 dans Non classé | Pas de commentaires »

Posté le 2 novembre 2011 dans la catégorie Je suis propriétaire par Coralie – Logic-Immo.com

Le vote en assemblée générale des copropriétaires arriereimmeubles-200x300Les décisions qui concernent la copropriété sont votées en assemblée générale des copropriétaires. Elles peuvent être prises à des majorités différentes, voire à l’unanimité, selon leur degré d’importance.
Aujourd’hui sur le blog, on fait un point sur le vote et les différents votes qu’il est possible de rencontrer au cours d’une assemblée de copropriétaires.

Les copropriétaires disposent d’un certain nombre de voix, déterminé en fonction de leurs quotes-parts respectives.

Le vote peut se faire par écrit ou à main levée.

La gestion courante, l’adoption du budget prévisionnel, l’approbation des comptes, le quitus, la mise à jour du règlement de copropriété, les travaux d’accessibilité aux handicapés, l’acceptation d’une proposition commerciale pour la distribution par le câble, ou encore l’exécution de travaux d’entretien sont votés à la majorité simple. Seuls les copropriétaires présents ou représentés sont comptabilisés. La majorité simple est atteinte dès que les nombre de « pour » est supérieur au nombre de « contre ».

La révocation ou l’élection du syndic, des membres du conseil syndical, l’installation d’une antenne collective, l’installation d’un interphone ou d’un digicode, sont des décisions qui se prennent à la majorité absolue. La majorité absolue comptabilise également les copropriétaires absents, en sus des copropriétaires présents et représentés. Si la décision n’a pas recueilli suffisamment de voix, l’assemblée peut décider de procéder à un second vote en majorité simple, immédiatement si le projet a obtenu au moins un tiers des voix, ou lors d’une prochaine assemblée des copropriétaires si le projet a recueilli moins d’un tiers des voix.

L’exécution de travaux de transformation ou d’amélioration de la copropriété (ascenseur, chauffage collectif, boîtes aux lettres, jardin…), la prononciation de droits privatifs sur une partie commune, ou encore la décision de ne pas instituer un conseil syndical, requièrent la double majorité, c’est-à-dire qu’il faut l’obtention des deux tiers des voix de la copropriété, comptabilisant les copropriétaires présents, représentés et absents.

Enfin, la modification de la répartition des charges de copropriété, la suppression d’un équipement commun ou celle du poste de gardien ou de concierge implique l’unanimité de tous les copropriétaires, dans la mesure où ces décisions sont jugées comme étant graves et pouvant remettre en cause la conservation de l’immeuble.

Bien préparer l’assemblée générale de copropriété

Posté : 15 novembre, 2014 @ 2:24 dans Non classé | Pas de commentaires »

Posté le 14 mai 2014 dans la catégorie Je suis propriétaire par Marion de Logic-immo.com

Nous sommes nombreux à souhaiter nous faire porter pâles lors de cette grande réunion, souvent synonyme de longues soirées et de discussions interminables. Pourtant, bien des choses vont se jouer lors de l’assemblée générale annuelle, où des décisions majeures vont être prises pour la copropriété. Alors, pour avoir toutes les cartes en main et prendre part au débat en toute connaissance de cause, voici ce qu’il faut savoir.

Une convocation en bonne et due forme

Cet événement annuel n’est pas à prendre à la légère et il en est de même pour la convocation, qui doit vous être envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en mains propres en échange d’un récépissé signé. En plus de notifier la date, l’heure et le lieux de rendez-vous, la convocation doit contenir les ordres du jour, soit tous les points évoqués et les projets soumis au vote lors de l’assemblée générale.

Enfin, pour être viable, cette convocation doit être reçue au minimum 21 jours avant l’AG sinon, c’est reparti pour un tour : on repousse la date et on enchaîne à nouveau avec le protocole d’envoi des convocations.

Assemblée générale

Les points incontournables

Aucune AG ne ressemble à une autre car elle dépend évidemment des projets de chacun et de la configuration de la copropriété (Voir notre article  »Le vote en AG des copropriétaires« ). Néanmoins, c’est le moment ou jamais d’aborder des questions primordiales et obligatoires telles que :

•   L’élection d’un nouveau syndic ;
•   L’approbation des comptes annuels ;
•   La modification de la répartition des charges ;
•   L’entretien courant de l’immeuble ;
•   L’approbation ou non des travaux exceptionnels.

Vous pouvez ajouter des questions supplémentaires à l’ODJ

Comme nous venons de le voir, le syndic est tenu de présenter différents points le jour J, vous avez tout à fait le droit d’inscrire des questions ou points supplémentaires à l’ordre du jour. Mais attention, le temps presse ! Car pour que cette demande soit dûment prise en compte, il faut qu’elle soit adressée au syndic bien avant la convocation (en recommandée avec accusé de réception). Et pour cela, mieux vaut se renseigner pour envoyer cette requête au moins six bonnes semaines avant l’assemblée générale. Car en cas de retard, vos questions seront hélas reléguées à l’assemblée générale suivante…

Vous pouvez vous faire remplacer

Toutefois, si vous ne pouvez pas vous rendre à l’AG, vous avez le droit de vous faire représenter.

À savoir. Votre représentant peut être un autre copropriétaire, votre locataire ou un membre de votre famille, mais il sera impossible de donner procuration au syndic.

Le rôle de mon syndic

Posté : 1 novembre, 2014 @ 11:52 dans Non classé | Pas de commentaires »

Posté le 22 octobre 2014 dans la catégorie Je suis propriétaire par Marion
Connaissez-vous bien le rôle de votre syndic et toutes les notions qui touchent à la copropriété ? Voici ce qu’il faut savoir pour devenir incollable sur le sujet.

Les différentes tâches du syndic

Par définition, le syndic de copropriété est chargé de la gestion de l’immeuble et de ses équipements collectifs. Nous avons listé ci-après les différentes tâches qui lui incombent.

Assurances. Il appartient au syndic de souscrire l’assurance collective des parties communes, ainsi que la responsabilité civile du syndicat des copropriétaires. Cela ne vous dispense pas toutefois de prendre une assurance multirisques habitation pour les lots vous appartenant.

Entretien de l’immeuble. Au nom des copropriétaires, le syndic accomplit les tâches quotidiennes assurant la bonne marche de l’immeuble. Ainsi, inutile de convoquer une assemblée de copropriétaires pour changer une ampoule défectueuse ou remplacer un paillasson dans le hall d’entrée, c’est le syndic qui veille. D’ailleurs, il est tenu de mettre à jour et d’inscrire tous les menus travaux dans le carnet d’entretien. Il gère également le recrutement et la rémunération du gardien, du jardinier ou du personnel d’entretien des parties communes.

Travaux. Dès lors que de gros travaux sont à prévoir et que cela induit d’importantes dépenses, la décision d’agir doit être approuvée par les copropriétaires. En revanche, s’il s’agit de travaux urgents (canalisation bouchée, chaudière centrale en panne, etc.) et qu’il n’est pas possible d’attendre le vote des copropriétaires, le syndic peut tout à fait décider de faire exécuter au plus vite les réparations.

Perception des charges et gestion des comptes de la copropriété. Entre le budget prévisionnel, le salaire mensuel du personnel, les travaux, les charges collectives de chauffage et d’eau, le syndic est dans l’obligation d’ouvrir un compte bancaire au nom du syndicat pour collecter toutes les sommes versées par les copropriétaires.

Organisation des assemblées générales. Le syndic contacte tous les copropriétaires et met en place une AG qui se tient au minimum une fois par an afin de fixer le budget prévisionnel et de régler tous les problèmes mis à l’ordre du jour. Il peut également, à la demande des copropriétaires, être appelé à organiser d’autres réunions pour prendre une décision sur des travaux importants ou résoudre un problème urgent.

Conservation des documents de copropriété. Le syndic est détenteur de tous les documents relatifs à la copropriété comme le règlement de copropriété, les contrats, les factures et les correspondances divers.

Syndic

Différence entre syndic, syndicat et conseil syndical

Le syndic. Comme nous venons de le voir, il gère, au nom des copropriétaires, l’immeuble dont il a la charge et est responsable de sa bonne marche, de son entretien et des dépenses. Le syndic est ainsi le représentant et le mandataire du syndicat.

Le syndicat. Il est constitué, sans exception, de l’ensemble des copropriétaires et représente juridiquement les droits et les devoirs de l’ensemble des habitants. C’est donc via le syndic que le syndicat assure la conservation de l’immeuble et la défense des intérêts collectifs.

Le conseil syndical. Il comprend des membres choisis parmi les copropriétaires. Ces personnes élues lors de l’assemblée générale à la majorité des voix (pour une durée maximale de 3 ans renouvelables) sont chargées de contrôler la gestion et notamment la comptabilité du syndic. Chaque année, lors de l’assemblée générale, le conseil syndical rend compte de sa mission et liste les points sur lesquels il est, éventuellement, en désaccord avec le syndic.

Différences entre syndic professionnel et non professionnel

Le syndic professionnel. Actuellement, il est le plus répandu et est, évidemment, rémunéré pour exercer cette activité. Il est dans l’obligation de posséder une carte professionnelle portant la mention « gestion immobilière » (délivrée par le préfet du département), devant être renouvelée tous les dix ans. Ce qui garantit son aptitude professionnelle, ses garanties financières et sa moralité.

Le syndic non professionnel. Ses obligations sont identiques à celles de que n’importe quel syndic et il doit tenir une comptabilité scrupuleuse concernant l’immeuble. Il appartient aux copropriétaires de désigner l’un d’eux en AG, la personne élue peut alors décider d’être rémunérée ou non pour cette responsabilité. Cette configuration convient bien souvent aux petites copropriétés.

 

JJB,BJJ,Kimono jjb,gi jiu j... |
L'offshore et la fisca... |
Le blog du salon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Idabox
| Un républicain libéral en c...
| The Teamwork Project