Le blog ELVI Immobilier

Toutes les infos sur l'immobilier en général

Archive pour juillet, 2015

Comment se déroule une vente aux enchères notariales ?

Posté : 30 juillet, 2015 @ 7:02 dans Non classé | Pas de commentaires »

Comment se déroule une vente aux enchères notariales ? Fotolia_41951458_XS-300x200Vous l’avez peut-être déjà remarqué, les ventes aux enchères sont à la mode : les curieux et les collectionneurs ne s’y sont pas trompés, c’est un moyen ludique et original de faire des trouvailles et de bonnes affaires. Il est tout à fait possible d’en faire de même avec l’immobilier, mais pas sans une certaine connaissance du milieu. À vous de suivre le modus operandi !Pour commencer, il faut savoir différencier deux grands types de ventes aux enchères, articulés selon des règles bien distinctes :

  • Les ventes judiciaires, qui sont effectuées par le tribunal de grande instance (TGI) dans une salle appelée « chambre des criées ». Il s’agit,
    ici, de biens faisant l’objet d’une vente forcée à l’issue d’une procédure judiciaire.
  • Les ventes notariales qui, comme leur nom l’indique, sont organisées
    par les chambres départementales des notaires, à la demande
    d’un propriétaire, d’une société ou d’une collectivité territoriale.

Nous nous intéresserons tout particulièrement aujourd’hui à ce type d’enchères. En voici le déroulement, pas à pas.

Comment être au courant qu’une vente va avoir lieu ?

Au moins trois semaines avant la vente, le notaire fait paraître dans un journal d’annonces légales une description du bien. Avec l’accord du vendeur, il en aura évalué le prix et fixé le cahier des charges (là où sont consignés tous les renseignements sur la maison et les conditions de vente), consultable par tous à son étude ou en ligne. Des heures de visite sont également organisées pour pouvoir découvrir le bien.

Comment enchérir ?

Pour cela, il faut déposer un chèque de consignation à l’ordre du notaire, il représente en général 15 % de la mise à prix de départ. Une fois l’autorisation d’enchérir ainsi qu’un badge numéroté en poche, vous voilà prêt !

Dans un temps imparti, celui qui fera monter au plus haut le prix du bien – et il n’y a évidemment pas de montant maximal imposé – se verra remettre un procès-verbal d’adjudication par le notaire. Evidemment, les personnes qui n’ont pas remporté la vente, récupèrent leur chèque de départ, sans aucun frais.

Une vente accomplie, mais pas vraiment…

Il est souvent prévu dans le cahier des charges une possibilité de surenchérir et cela, dans les dix jours suivant l’adjudication. Si un tiers fait une offre au moins supérieure à 10 % du prix final, une nouvelle vente aux enchères peut alors être organisée. Quoi qu’il arrive, le plus offrant dispose de quarante-cinq jours pour payer le bien.

Quels sont les frais pour l’acquéreur ?

Au prix du bien s’ajoutent des coûts afférents à la vente aux enchères. Les frais de publicité et d’organisation s’élèvent généralement à 2 % du montant de la dernière enchère, sans oublier les émoluments du notaire fixés par décret.
De manière générale, les professionnels estiment que l’ensemble des frais se situe entre 12 et 14 % du prix de vente. Comme la loi l’exige, les frais de diagnostics obligatoires (lien « Tous ces diagnostics obligatoires ») sont à la charge du vendeur.

Fait-on de meilleures affaires aux enchères que via une agence immobilière ?

Sauf exception, les prix des enchères sont la plupart du temps similaires à ceux du marché immobilier « classique ». Et, bien souvent, le notaire donne une estimation de prix qui se révèle exacte. Les ventes aux enchères notariales ont pour avantages d’être rapides et transparentes. Deux qualités chères aux vendeurs pressés puisque, pour ce type de transaction, l’acquéreur ne peut faire jouer de condition suspensive d’obtention de prêt, ni de délai de réflexion de sept jours après la vente.

Les taux de crédit vont-ils remonter ?

Posté : 24 juillet, 2015 @ 5:24 dans Non classé | Pas de commentaires »

 

Par Marion de Logic-immo.com

Après une période de taux spectaculairement bas pendant laquelle les Français ont emprunté à un taux moyen de 2,01% (Source Observatoire Crédit Logement), certains experts annoncent d’ores et déjà que le mois de Juillet va inverser la tendance et voir repartir les taux vers une hausse générale.

Alors, comment explique-t-on cette hausse et quel impact aura-t-elle sur les crédits immobiliers des particuliers ? Voici nos explications en détails.

taux d'emprunt

Pourquoi les taux ont-ils baissé ces dernières années ?

Si depuis  la fin de l’année 2013, il est particulièrement avantageux d’obtenir un prêt, cela est dû au fait que les crédits immobiliers sont indexés au taux d’emprunt de l’Etat qui a lui aussi chuté de manière historique depuis ces dernières années.

La mauvaise période économique de la zone euro et les rachats de nombreux actifs par la banque centrale européenne (BCE) sont les facteurs qui ont fait chuter ce taux jusqu’à 0,4% durant le mois d’Avril. Ainsi, vous l’aurez compris : quand les taux d’emprunt d’Etat baissent, les taux de crédits en font de même.

Pourquoi la hausse est-elle en marche?

La situation française va évoluer au cours de ces prochains mois parce que les perspectives économiques du pays s’améliorent peu à peu. C’est pourquoi le taux d’emprunt d’Etat français reprend déjà des couleurs et regrimpe tranquillement et a atteint 1% au mois de juin. C’est donc une bonne nouvelle pour l’Etat mais une annonce qui inquiète les particuliers désireux de contracter un prêt à un taux aussi intéressant que ces derniers mois.

Quelle répercussion sur les taux de crédits ?

La répercussion n’est en aucun cas dramatique puisque depuis l’annonce de cette (légère) embellie, seule une poignée de banques ont remonté leur taux de 0,10 à 0,30%.

En bref, si vous projetez d’acheter avec un crédit immobilier, le taux ne va pas doubler et encore moins tripler dans les mois à venir ! Il reviendra tout simplement à des taux similaires à janvier 2015. Et en somme, même si les taux remontent légèrement, ils demeurent historiquement bas.

Les taux d’emprunts seront-ils encore avantageux l’année prochaine ?

Emprunter sera toujours plus avantageux qu’avant 2013. Néanmoins il ne faut pas perdre de vue que la grisaille économique va peu à peu se dissoudre et qu’ainsi, les taux de crédits remonteront lentement mais sûrement. Le ton est donné pour ce dernier semestre 2015 et la tendance devrait vraisemblablement se poursuivre en 2016. Cependant pas de panique, si la baisse discontinue des taux de crédit va indéniablement prendre fin, les taux ne grimperont pas subitement en quelques mois. N’oubliez pas qu’il est encore temps de renégocier votre prêt à des taux intéressants.

L’âge de pierre de la déco

Posté : 16 juillet, 2015 @ 11:55 dans Non classé | Pas de commentaires »

Posté le 12 juillet 2015 dans la catégorie J’aménage par Marion de Logic-immo.com

Murs extérieurs ou intérieurs en pierre ? C’est un rêve que l’on peut s’offrir sans avoir des moyens princiers ou l’occasion de racheter un monument historique. Des idées révolutionnaires existent !

Vous appréciez par dessus tout la patine des siècles, l’habillage solide de nos ancêtres ? Mais vos goûts restent encore velléitaires ? Transformez-les en réalité.

Mur en pierre - enduitCrédit photo : DecoPierre.fr

La pierre ? Dehors !

Créer un mur de pierres grâce à une projection épaisse de chaux qui sera ensuite sculptée légèrement et colorée avec des pigments : le résultat est plus vrai que nature et ressemble (vrai)ment à un mur ancien (et irrégulier) de pierres. C’est possible sur une maison de ciment que l’on peut ainsi métamorphoser, c’est envisageable sur un mur de garage que l’on aimerait transformer parce qu’on a une vue plongeante et qu’à force, on se lasse…

Une chouette idée à visionner en vidéo : http://www.decopierre.fr/#contenu. Avec cet enduit à la chaux choisissez vos pierres, vos couleurs et créez même un blason scellé dans le mur ou bien l’inscription de votre choix !

La société Décopierre utilise en effet un procédé unique associé à un savoir-faire manuel et artistique qui permet d’obtenir un mur très réaliste. L’intérêt, c’est que la réalisation se fait sur mesure : en un coup (ou presque) de baguette magique, offrez à votre maison le cachet et la patine des siècles passés.

La pierre ? Dedans !

La pierre peut s’inviter au sol, sur les murs et plus tard, nous verrons  qu’elle peut même aller plus loin. Quoi de plus sublime que les pierres naturelles pour orner vos murs ? Quoi de plus authentique qu’un dallage à l’ancienne qui peut aussi bien se marier avec le moderne ? Il existe toutes sortes de pierres naturelles et un professionnel saura vous guider sur la couleur, l’épaisseur et les propriétés de chaque pierre. Bien sûr, selon votre région,  vous pouvez choisir la tradition qui a toujours du bon !

La pierre ? Partout !

Les pierres naturelles s’adaptent aux sols et aux murs intérieurs, y compris pour la création sur mesure de designs uniques pour plans de travail de cuisine, revêtements pour les salles de bains, voire même les escaliers.

La pierre, vous l’aimez foncée, noire, rugueuse, poreuse, douce, rose ?? Il y  en a pour tous les goûts. Par exemple, depuis quelques années déjà, l’ardoise a posé ses marques dans la cuisine  et certaines pierres ont même déboulé jusque dans la salle de bains. Cela peut même gagner les escaliers, certains éléments…  Ainsi, le choix du plan de travail est très important pour déterminer le style de la cuisine. Le granit poli s’avère très résistant face aux rayures et à la chaleur quand la pierre naturelle offre une solution moderne dans la salle de bain.

De quoi faire d’une pierre deux coups !

Vous aimez la pierre? suivez ce lien———>  http://www.temporis-france.com/

L’ISF : mode d’emploi et idées reçues

Posté : 7 juillet, 2015 @ 11:06 dans Non classé | Pas de commentaires »

Posté le 22 juin 2015 dans la catégorie Questions d’argent et de droit par Marion de Logic-immo.com

Quand on pense à l’ISF, l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, cela évoque tout de suite la richesse et un patrimoine immobilier conséquent. Mais pas que… car chaque année, l’on compte plusieurs aberrations qui font débat. L’ISF, mode d’emploi. C’est par ici !

A partir de quel montant est-on imposé ?

L’ISF concerne toute personne ayant un patrimoine net égal ou supérieur à 1,3 millions d’euros. Ce patrimoine est divers et de nombreux paramètres sont à prendre en compte pour effectuer son calcul. Les biens appliqués sont :

• Les biens immobiliers (maison, appartement, garage) qu’il soit à usage personnel ou loués.
• Les terres agricoles et les terrains à bâtir
• Les bâtiments classés monument historique
• Tous les biens immobiliers en cours de construction à partir du 1er janvier de l’année de déclaration.
• Les biens détenus en usufruit
• Les voitures, les avions à usage personnel, les bateaux de plaisance ainsi que les chevaux de course
• Les placements financiers ainsi que les contrats d’assurance vie.
• Enfin, les métaux précieux, l’or et les bijoux sont également à prendre en compte.

Villa de luxe

Qui est concerné par l’ISF ?

Parmi les particuliers assujettis à cet impôt, on compte aussi bien les célibataires que les couples mariés ou pacsés ou les concubins dits « notoires ». Dans le cas où des enfants majeurs sont rattachés au foyer fiscal de leurs parents, ceux-ci doivent néanmoins faire une déclaration d’imposition séparée dès lors que la valeur total de leurs biens est supérieure à 1,3 millions d’euros.

Quelles sont les villes où l’on paie le plus l’ISF?

Parmi les 312 046 redevables recensés en 2013, c’est le XVIe arrondissement de Paris qui concentre le plus d’assujettis. Viennent ensuite le XVe puis le XVIIe arrondissement parisiens, talonnés de peu par la ville de Neuilly (92). Les grandes métropoles telles que Lyon suivi de Marseille, de Nice et Toulouse sont également bien placées, sans oublier Aix-en Provence, qui, bien qu’étant une petite ville, recense un peu plus de 1700 contribuables. (Sources DGFiP)

Combien cela rapporte-t-il à l’Etat ?

Toujours d’après la Direction générales de Finances publiques, le règlement de l’ISF a généré en 2013, la rondelette somme de 4,39 milliards d’euros, ce qui établit une moyenne d’environ 14 000 euros par redevable.

Quand les foyers modestes y sont assujettis…

Le cas n’est pas si rare et il arrive même parfois que des foyers non-imposables sur leurs revenus se voient contraints de payer l’ISF. Les marins pêcheurs de l’Ile de Ré sont un exemple concret puisqu’en ayant hérité de terrains, champs ou vignes, ils se voient dès lors propriétaires de terres ayant pris énormément de valeur !

A défaut donc de posséder les liquidités suffisantes, ces « riches malgré eux » comme ce couple de retraités qui touche une retraite annuelle de 14 900€ (mais doivent payer 17 700 € d’ISF…) sont alors dans l’obligation de vendre leur terre natale pour s’acquitter de cette taxe. Idem pour la Côte d’Azur, le Luberon ou l’Ile-de-France où le prix du m2 s’est littéralement envolé, au cours des dernières décennies.

 

JJB,BJJ,Kimono jjb,gi jiu j... |
L'offshore et la fisca... |
Le blog du salon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Idabox
| Un républicain libéral en c...
| The Teamwork Project