Le blog ELVI Immobilier

Toutes les infos sur l'immobilier en général

PAS D’ETE MEURTRIER POUR LES TAUX D’INTERETS ….

Classé dans : Non classé — 5 août 2015 @ 17 h 11 min
PAS D’ETE MEURTRIER POUR LES TAUX D’INTERETS ….Oui, les taux ont remonté, mais si peu : de quelques centièmes de points et seulement sur 20 ans. Sur cette durée, le taux national moyen est passé de 2,36% à 2,45%.
Encore aujourd’hui, il est possible d’emprunter sur 25 ans à un taux fixe compris entre 2 et 3% (hors assurance). Non, les taux ne se sont pas envolés.
Politique commerciale des banques. Il n’y a pas eu retournement du marché, seulement un « ajustement » de la part de certains établissements financiers trop sollicités par les demandes de crédit. Ils ont donc révisé leur politique commerciale en relevant leurs prix ou en allongeant le délai de traitement des dossiers, ou les deux. Il ne s’est donc encore rien passé de sérieux côté crédit immobilier. Les taux restent toujours très bas et la petite remontée n’a pas de réel impact.

Et pour l’immobilier ? Partout où les prix poursuivent leur repli, le pouvoir d’achat immobilier progresse. L’afflux de demandes de prêt dans les banques, s’il est en partie causé par les renégociations de crédit, reste avant tout le signe de la concrétisation de décisions d’achat un temps repoussé.  L’inquiétude sur les taux n’est sans doute pas étrangère au désir de passer au plus vite à l’acte (notarié). Il faut toutefois se garder des achats précipités et mal préparés.

LE PROFIL DES EMPRUNTEURS : DES VACANCES SANS RESIDENCE SECONDAIRE

Dans un cycle immobilier baissier, le premier marché impacté est celui des résidences secondaires. C’est aussi le dernier à repartir. Pour l’instant, c’est encore la morte saison pour les villas, fermettes et autres chalets, pour lesquels les délais de vente s’éternisent malgré des prix régulièrement revus à la baisse. Chez CAFPI, en juin, seulement 1% des emprunteurs ont acheté une résidence secondaire, dont le parc (3 millions d’unités) représente pourtant 10% du total des logements en France.

Primo-accédants. Pour eux, juin aura été comme mai : un peu plus de 171 000 euros d’emprunt sur 236 mois et un prix d’achat qui représente plus de 4,6 années de revenus. Mais ils sont encore plus nombreux à avoir acheté dans l’ancien : 82,55%, contre 79,86% en mai. Plus par manque d’offre dans le neuf que par choix véritable, probablement.

Accédants. A plus de 95%, ils ont acheté dans l’ancien. Ils ont dépensé plus, emprunté plus mais sur la même durée qu’en mai. A taux égal, c’est que leurs revenus leur permettaient de supporter des mensualités plus élevées.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

JJB,BJJ,Kimono jjb,gi jiu j... |
L'offshore et la fisca... |
Le blog du salon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Idabox
| Un républicain libéral en c...
| The Teamwork Project