Le blog ELVI Immobilier

Toutes les infos sur l'immobilier en général

Archive pour septembre, 2016

« les chouchous des banques »

Posté : 28 septembre, 2016 @ 4:25 dans Non classé | Pas de commentaires »

Baromètre Vousfinancer « les chouchous des banques » – T3 2016

 

Les primo-accédants, plus que jamais « chouchous des banques » !

Paris, le 28 septembre 2016 – Au 3ème trimestre 2016 et en particulier en septembre, les taux ont poursuivi leur mouvement de baisse, la plupart des banques pratiquant en outre de fortes décotes en fonction des profils sur des taux affichés déjà très attractifs. Les primo-accédants, véritables chouchous des banques en cette rentrée, bénéficient actuellement des taux les plus bas pouvant descendre en dessous de 1 % sur 20 ans pour certains. Compte tenu des opportunités engendrées par ce niveau de taux, on note une croissance des demandes de renégociations de prêt, clients faciles à capter pour les banques, qui bénéficient ainsi de très bonnes conditions également.

Des taux négociés aux alentours de 1 % sur 20 ans !

Dans cette nouvelle édition du Baromètre Vousfinancer des « chouchous des banques », les taux de crédit, toujours orientés à la baisse, atteignent de nouveaux records notamment pour les primo-accédants qui peuvent emprunter à 0,90 % à Nantes, 1 % au Puy-en-Velay ou 1,10 % à Lyon, Montpellier, Rennes ou Toulouse par exemple. « Par rapport au 2ème trimestre, nous parvenons à obtenir des taux inférieurs de 0,30 point pouvant atteindre au mieux 0,69 % sur 15 ans, 0,90 % sur 20 ans et 1,30 % sur 25 ans ! Ces taux sont notamment proposés par des banques régionales qui cherchent à prendre des parts de marché localement, mais également par une banque nationale qui vient de baisser ses taux de 0,40 % afin de capter massivement une clientèle jeune et à fort potentiel. Ces stratégies offensives dans un contexte de forte concurrence entre les banques conduisent certains établissements à s’aligner sur les meilleures conditions et tirent ainsi l’ensemble des taux vers le bas, au bénéfice de l’ensemble des emprunteurs » analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.
Un retour massif des primo-accédants…

Pour la première fois, les primo-accédants sont omniprésents dans le Baromètre des chouchous des banques.Ceci s’explique notamment par le contexte de taux très bas et l’élargissement du prêt à taux zéro qui les resolvabilisent en partie mais également par la volonté des banques de capter cette clientèle à fort potentiel. Ainsi certains établissements ont plus fortement baissé leurs taux sur 20 et 25 ans ou acceptent de prêter sans apport pour les moins de 35 ans. « Actuellement, dans ce contexte de taux très bas, les banques misent avant tout sur la relation de long terme avec leurs futurs clients et le potentiel qu’ils peuvent représenter dans les années à venir… C’est pourquoi elles consentent des taux records à des jeunes – et ce, même s’ils n’ont que très peu d’apport – car avec eux toute la relation bancaire est à construire, d’autant qu’ils n’ont en outre qu’un faible risque de renégocier leur crédit dans les années à venir compte tenu du niveau actuel des taux » analyse Jérôme Robin, président de Vousfinancer. On observe ainsi une hausse de la part des primo-accédants, qui représentent actuellement 45 % des acheteurs chez Vousfinancer, contre 37 % fin 2015.

Et des renégociations de prêts !
Depuis le mois de mai, on constate un retour des renégociations de prêt qui bénéficient également de conditions exceptionnelles dans les banques : elles représentent 40% des demandes en septembre contre moins de 18 % en janvier 2016, mais 45 % il y a un an. Avec les récentes baisses de taux, de nouvelles opportunités apparaissent pour les crédits souscrits récemment – y compris en 2015.

 

3 statuts pour travailler dans l’immobilier, 3 niveaux d’obligations légales

Posté : 21 septembre, 2016 @ 10:01 dans Non classé | Pas de commentaires »

Par  9 février 2016

Les métiers de l'immobilier
Agent indépendant, mandataire, salarié… Les professionnels de l’immobilier partagent une passion commune pour leur métier mais n’ont pas tous le même statut. Une différence qui se ressent notamment au niveau de leurs obligations légales ou des services qu’ils sont autorisés à rendre !

L’agent immobilier indépendant

Le principal avantage du statut d’agent immobilier est celui de pouvoir travailler pour son propre compte, et de fonder une agence qui pourra rassembler in fine de nombreux collaborateurs si les affaires sont fructueuses. Depuis un décret paru en 1970, il est nécessaire de disposer d’une carte officielle d’agent immobilier pour se prévaloir de la profession. Cette « carte professionnelle de transaction immobilière » est délivrée par la Chambre de Commerce et d’Industrie sous certaines conditions liées à l’aptitude professionnelle du demandeur (voir encadré), à sa bonne moralité (casier judiciaire vierge) mais aussi à une police d’assurance et à une solide garantie financière obtenue auprès d’une banque.

Cette carte est obligatoire à l’agent pour exercer son métier, c’est-à-dire estimer des biens, proposer des mandats de vente à ses clients, les accompagner dans la signature du compromis de vente et de l’acte authentique ou encore proposer un service de gestion locative ou d’administration de biens. Il dispose d’une compétence propre, et précieuse, pour apprécier la régularité de chaque dossier de transaction avant son passage chez le notaire (titre de propriété fourni par le vendeur, conformité du dossier des diagnostics techniques…). L’agent immobilier a bien sûr, au-delà, la possibilité de proposer toutes les prestations qui sont également fournies par les autres professionnels de l’immobilier, comme la réalisation de visites sur site ou la diffusion de petites annonces.

Un agent immobilier peut choisir d’exercer sa profession en totale indépendance, ou en s’aidant de collaborateurs mandataires ou salariés. Les agents en solo se rencontrent toutefois de plus en plus rarement, en raison de la technicité croissante du métier qui leur impose une charge de travail lourde et stressante.

Agent immobilier, quelles formations ?

La délivrance de la carte professionnelle exige de justifier d’une aptitude reconnue par diplôme. Ce dernier, toutefois, peut aller du simple BTS ou brevet professionnel « Professions immobilières » jusqu’à un DUT en carrières juridiques, un DEUST en professions immobilières et même un master pro à Bac+5 en droit de l’immobilier. Le statut d’agent immobilier reste ainsi un objectif très valable pour tout jeune motivé, et qui aspirerait à des responsabilités importantes sans passer par des études excessivement longues.

L’agent commercial, ou mandataire

L’agent commercial immobilier, ou « mandataire immobilier », exerce lui aussi à titre indépendant. La différence majeure avec l’agent immobilier de plein exercice est qu’il ne dispose pas de la carte professionnelle. Le mandataire, comme son nom l’indique, signe un contrat de mandat avec un agent ou un réseau immobilier dûment titulaire de la carte professionnelle, et exerce pour son compte un certain nombre de prestations de services conformément à l’article L134-1 du Code du commerce.

Ses obligations légales se résument à une demande d’immatriculation auprès du registre spécial des agents commerciaux (RSAC), à soumettre au greffe du tribunal de commerce compétent pour son lieu d’exercice. Le mandat qui lie l’agent commercial à l’agent immobilier n’est pas un contrat de travail, et tient davantage du contrat commercial : il acte l’intérêt commun des deux signataires pour assurer le développement de l’agence, et peut fixer au mandataire des objectifs comme un chiffre d’affaires à atteindre dans l’année, mais précise aussi les modalités de sa rémunération (montant de sa commission sur chaque vente, notamment). Le mandataire, en conséquence, ne relève pas de la convention collective nationale des métiers de l’immobilier.

En tant qu’indépendant, le mandataire règle ses propres cotisations sociales et peut choisir différents statuts juridiques, comme celui d’autoentrepreneur. Ce statut fiscal et social simplifié lui permet de ne pas facturer la TVA et de payer des cotisations au strict prorata de son chiffre d’affaires. Son chiffre d’affaires, en contrepartie, est plafonné à 32900€ par an au maximum en 2016.

Rappelons que le mandataire, enfin, ne peut remplacer entièrement un agent immobilier. Dans le cadre d’une transaction, il lui est interdit par exemple d’aller au-delà de la contre-signature de l’offre d’achat. Le compromis de vente, et éventuellement l’acte authentique nécessiteront l’intervention d’un agent habilité.

Le négociateur immobilier salarié

Le salariat est une forme de travail relativement peu répandue dans l’univers de l’immobilier, et tend même à se raréfier de plus en plus au profit de mandataires indépendants et franchisés. Il fait cependant l’objet d’un encadrement plus précis depuis l’avenant n°31 du 15 juin 2006 à la convention collective nationale (CCN) de l’immobilier. En substance, le négociateur salarié bénéficie d’un contrat de travail qui le lie à son employeur et instaure donc une subordination juridique. Sa rémunération doit obligatoirement comprendre un socle de base, auquel une commission fixe est rajoutée pour chaque transaction réalisée.

La convention collective établit une distinction entre le négociateur VRP et le négociateur non VRP. Le premier a pour principale fonction d’aller prospecter la clientèle et de « quadriller » le terrain pour repérer les biens en vente ou les éventuelles opportunités du moment. Le négociateur « non VRP » reçoit les clients en agence et fait procéder aux visites des biens, en vue d’une vente ou d’une location. L’un et l’autre représentent leur employeur à titre exclusif et constant.

Indépendance, sécurité, richesse des missions… Les multiples statuts existants permettent de concilier l’exercice d’une profession de l’immobilier avec de nombreuses préférences personnelles. Chaque option comporte en effet ses propres avantages et inconvénients.

 

Nouveaux records de taux immobiliers pour la rentrée !

Posté : 9 septembre, 2016 @ 6:54 dans Non classé | Pas de commentaires »

Comme le rappelle le courtier Meilleurtaux.com, les établissements financiers ne disposent plus que de deux mois pour finaliser leurs objectifs annuels de crédits car avec le délai de traitement classique, les dossiers déposés à partir de novembre n’entreront dans la production qu’en 2017.  Les banques continuent donc à rester agressives sur la conquête de nouveaux dossiers, ce qui est rendu possible par des coûts de refinancements au plancher, les taux de l’OAT 10 ans n’ayant pas dépassé les 0,2% au mois d’août.

Nouveaux records de taux immobiliers pour la rentrée !

Nouveaux records de taux immobiliers pour la rentrée !

Boursier.com, publié le jeudi 01 septembre 2016 à 11h24

Après un mois d’août très actif cette année pour la production de crédits immobiliers, la rentrée de septembre tient ses promesses avec de nouvelles baisses de taux et des banques toujours en conquête de clientèle, donc prêtes à faire de nouveaux efforts sur leurs barèmes.

Les records tombent

Ce contexte est donc encore «tout bénéfice» pour les emprunteurs ou pour ceux qui renégocient leur crédit. Les taux moyens se rapprochent ainsi de 1,6% sur 20 ans, de 1,4% sur 15 ans et de 1,2% sur 10 ans. Même sur 25 ans, il devient assez facilement possible d’emprunter à moins de 2%. Pour les meilleurs profils avec hauts revenus, les records tombent encore, 0,8% sur 10 ans, moins de 1% sur 15 ans et à peine plus de 1% sur 20 ans.

Nouvelles baisses attendues

Après avoir reçu de premiers barèmes de taux en baisse pour septembre, les courtiers Meilleurtaux et EmpruntDirect s’attendent à de nouvelles diminutions dans les prochaines semaines. On se répète mais le moment est donc toujours idéal pour emprunter, renégocier ou procéder à un rachat de crédit. Certains en sont d’ailleurs à deux ou trois rachats-renégociations en quelques années… Le courtier Immoprêt estime aussi qu’il peut être judicieux d’investir dans un bien immobilier dans les prochains mois, avant les élections présidentielles de 2017 qui amèneront très probablement leur lot de nouvelles lois et réformes sur ce marché.


 

 

JJB,BJJ,Kimono jjb,gi jiu j... |
L'offshore et la fisca... |
Le blog du salon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Idabox
| Un républicain libéral en c...
| The Teamwork Project