Le blog ELVI Immobilier

Toutes les infos sur l'immobilier en général

Archive pour juillet, 2017

IMMOBILIER : EN FRANCE, LES VENTES BATTENT UN RECORD HISTORIQUE !

Posté : 29 juillet, 2017 @ 7:33 dans Non classé | Pas de commentaires »

Immobilier : en France, les ventes battent un record historique !

A Bordeaux, les prix des appartements ont flambé de 15,5% en un an Pixabay

Dans de nombreuses villes, les ventes et les prix des logements anciens s’envolent.

Soutenu par des taux de crédits immobiliers historiquement bas, le marché immobilier tourne à plein régime. A fin mai, les notaires ont enregistré plus de 907.000 ventes sur un an. Un record !

Ce boom des transactions a naturellement un impact direct sur les prix. Sur un an, la hausse atteint 3,2% pour les appartements et 2,3% pour les maisons. Au niveau local, quelques agglomérations sont en surchauffe : à Bordeaux, les prix des appartements ont ainsi flambé de 15,5% (à 3.550 euros le mètre carré) et ceux des maisons de 8,7% (287.000 euros en moyenne) au cours des 12 derniers mois.

Même constat pour Lille (+8,5% à 2.970 euros le mètre carré pour les appartements, +6% à 185.500 euros pour les maisons), Marseille (+6,9% à 2.990 euros le mètre carré pour les appartements), Nancy (+6,4% à 1.800 euros le mètre carré pour les appartements, +10% à 176.000 euros pour les maisons), Strasbourg (+5,7% à 2.420 euros le mètre carré pour les appartements).

Comme toujours, l’embellie générale doit être nuancée. Dans quelques villes de taille moyenne, les baisses subsistent : c’est le cas pour les appartements du Havre (-9 %), de Brest (-7 %), Dijon (-4 %) ou d’Annecy (-1 %).

Et si j’achetais un parking ?

Posté : 27 juillet, 2017 @ 2:28 dans Non classé | Pas de commentaires »

Posté le 20 juillet 2017 dans la catégorie Je suis propriétaire par Logic-immo.com

Acquérir un emplacement de parking dans une grande ville est une vraie bonne idée. Voici ce qu’il faut savoir afin de faire le bon placement.

 

Et si j’achetais un parking ?

 

Achat de parking : Une bonne rentabilité

La rentabilité d’un parking est bien supérieure à celle des autres produits immobiliers : comptez entre 5 et 7% par an contre 3 à 4% pour un bien d’habitation. Pour fixer le prix du loyer, étudiez ceux de votre quartier en vous basant sur des produits similaires (place ouverte ou box fermé, étage, etc.). Le barème de prix peut alors varier de 45 à 500 € par mois, selon les quartiers, les communes et les difficultés de stationnement qu’on y rencontre. Côté fiscalité, les loyers perçus doivent être déclarés dans la catégorie des revenus fonciers. S’ils sont inférieurs à 15.000 € par an, vous pouvez bénéficier du régime d’imposition simplifié dit « micro-foncier » et de 30% d’abattement. Au-delà, c’est le régime réel d’imposition qui s’applique.

 

Achat de parking : Le juste prix

A l’achat, il faut compter entre 15.000 et 50.000 € pour une place de parking à Paris et entre 6.000 et 15.000 € pour un parking en province. Les boxes fermés et les places au premier sous-sol, proches des issues, valent plus cher que les places ouvertes ou celles à l’air libre. Avant de vous engager, pensez à intégrer les frais de notaire à votre budget. A titre d’exemple, l’achat d’un parking à 23.000 € occasionne des frais de notaire de l’ordre de 3200 €. Anticipez-les sur le site Calcul frais de notaire.

 

Achat de parking : Des charges peu élevées

L’avantage d’une place de parking, c’est qu’elle occasionne peu de frais d’entretien et des charges de copropriété minimes. Par ailleurs, les risques d’impayés sont limités. Tout d’abord, parce que vous êtes autorisés à introduire dans le bail des dispositions prévoyant sa résiliation immédiate en cas d’impayés. Mais si, par malchance, vous tombez sur un mauvais payeur, sachez que la solution pourra être expéditive : il suffira de faire invalider son bip d’accès au parking auprès du syndic.

 

Le marché immobilier ancien a battu tous les records au printemp

Posté : 20 juillet, 2017 @ 4:26 dans Non classé | Pas de commentaires »

 

907.000 transactions enregistrées sur les 12 mois écoulés

907.000 transactions ont été enregistrées sur les douze mois écoulés, un « niveau historique », selon les chiffres publiés jeudi par les notaires de France.

(LaVieImmo.com) – Le marché immobilier ancien a battu tous les records au printemps en enregistrant 907.000 transactions sur les douze mois écoulés, un « niveau historique », selon les chiffres publiés jeudi par les notaires de France. À fin mai, le nombre de ventes d’appartements et maisons anciennes réalisées lors des douze derniers mois « dépasse nettement » le volume cumulé un an plus tôt sur la même période, à savoir 824.000 transactions, précisent-ils dans une note.

Il est également très supérieur au précédent record de 848.000 ventes, établi lors d’une année 2016 déjà très dynamique. « Il n’y a pas pénurie de biens à vendre, mais des biens qui trouvent preneur très rapidement », observent les notaires, et les transactions se font souvent « sans négociation, tirant les prix vers le haut ».

Au premier trimestre, les prix des logements anciens ont augmenté de 2,7% sur un an, selon l’indice Notaires de France-Insee. Les prix des appartements anciens ont ainsi pris 11,1% à Nîmes (à 1.510 euros le m2), 8,5% à Lille (2.970 euros), 6,4% à Nancy (1.800 euros) et 5,5% à Paris (8.450 euros), comparé à la même période de 2016.

Ils ont en revanche reculé de 9,4% à Clermont-Ferrand (à 1.600 euros le m2), de 5,4% à Amiens (1.830 euros) et de 4,7% à Metz (1.570 euros). Ces professionnels ne constatent toutefois pas « d’effet de bulle » car ces ventes sont réalisées par des ménages souhaitant se loger et non par des investisseurs souhaitant placer des fonds.

Phase de rattrapage des ventes

Pour les notaires, le marché immobilier ancien est dans une phase de rattrapage des ventes non réalisées les années précédentes. Si, jusque-là, la « hausse fulgurante » du nombre des crédits immobiliers a été artificiellement gonflée par des rachats d’anciens crédits aux taux moins favorables, ces derniers diminuent aujourd’hui, observent-ils.

La part des renégociations dans les volumes de nouveaux crédits consentis aux ménages par les banques est tombée à 42% en mai contre 62% en janvier, selon la Banque de France.

les taux de crédit immobilier demeurent bas et « on peut imaginer que tant qu’ils ne remonteront pas fortement, suffisamment pour frapper les esprits en tout cas, la mécanique actuelle ne sera pas cassée ».

La remontée des taux d’emprunt marque une pause

Posté : 17 juillet, 2017 @ 6:32 dans Non classé | Pas de commentaires »

1,5%

 

C’est le meilleur taux sur 25 ans obtenu par Empruntis en mai pour un couple de primo-accédants en région parisienne, aux revenus annuels de 80000 euros. Avec un apport limité à la moitié des frais de notaire, ils ont pu financer l’acquisition de leur résidence principale, payée 399000 euros.

Les taux immobiliers ne sont finalement remontés que de 0,2 % à 0,3 % depuis les records observés en novembre 2016. Une remontée très modérée qui n’a guère entamé le pouvoir d’achat immobilier des Français…

 C’est une petite surprise, après plusieurs mois de hausse ou de stabilité, les taux des emprunts immobiliers ont connu quelques baisses au mois de mai. Les derniers barèmes des banques montrent en effet quelques diminutions de 0,05 % à 0,1 % selon les profils et les durées. Dans le pire des cas, les taux sont stables, contrairement aux mois précédents où de légères hausses étaient régulièrement constatées.

Accalmie sur les OAT

Alors que le mouvement semblait bien ancré dans le sens de la hausse depuis l’automne 2016, cette orientation inverse trouve son explication dans le tassement des taux obligataires, les OAT 10 ans (Obligations Assimilables du Trésor), qui servent de référence aux banques pour fixer les taux d’intérêt proposés aux particuliers. Ces fameuses OAT 10 ans sont revenues à 0,8 % après un pic au-dessus de 1% en mars-avril.

Défaite des camps anti-européens

L’accalmie a accompagné l’élection d’Emmanuel Macron comme président de la République et la défaite des camps anti-européens. De quoi rassurer les marchés financiers et redonner un peu de marge de manœuvre aux banques sans qu’elles sacrifient leurs marges…

1,8 % sur 20 ans

Concrètement, on emprunte actuellement en moyenne autour de 1,3% sur 10 ans, 1,6% sur 15 ans, 1,8% sur 20 ans et 2% sur 25 ans. Pour les meilleurs dossiers, les courtiers parviennent à descendre jusqu’à moins de 1% sur 15 ans, 1,3% sur 20 ans et 1,4% sur 25 ans.

Des taux toujours très attractifs

Ces taux ne sont finalement supérieurs que de 0,2 % à 0,3 % aux records observés en novembre 2016, période à laquelle on était descendu jusqu’à 1,5 % en moyenne sur 20 ans, avec quelques heureux élus ayant obtenu moins de 1 % sur cette durée. Une remontée finalement très modérée qui n’a guère entamé le pouvoir d’achat immobilier des Français.

 

 

JJB,BJJ,Kimono jjb,gi jiu j... |
L'offshore et la fisca... |
Le blog du salon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Idabox
| Un républicain libéral en c...
| The Teamwork Project