Le blog ELVI Immobilier

Toutes les infos sur l'immobilier en général

UN BON SEMESTRE POUR ACHETER ! :)

Classé dans : Non classé — 22 février, 2016 @ 3:19


UN BON SEMESTRE POUR ACHETER ! :)

C’est le moment de concrétiser ses projets d’acquisition. Les taux sont au plancher, les prix stabilisés, le pouvoir d’achat immobilier au sommet et, selon l’INSEE, la confiance des ménages en hausse… La dynamique est donc positive et pourrait le rester au moins jusqu’à l’été prochain.

Perspectives de taux : retournement pendant l’été. CAFPI anticipe une stabilité des taux au premier semestre. A partir de Juillet 2016, toutefois, avec une croissance et une inflation orientées à la hausse, la BCE pourrait commencer à relever par étape son taux directeur, actuellement au plancher (0,05% depuis octobre 2014). Elle entrainerait dans son sillage l’Euribor, l’OAT 10 ans et le taux des prêts immobiliers. Pour ces derniers, le pronostic est de 2,46% en juin 2017. Une hausse sensible, certes, mais qui laisserait le crédit encore très abordable.

PTZ version 2016 : à ne pas manquer ! Les primo-accédants disposent, depuis cette année, d’un nouveau prêt sans intérêt plus largement accessible, plus généreux et plus facile à rembourser. L’année 2016 devrait, avec ces nouvelles conditions, permettre la signature de deux fois plus de PTZ qu’en 2015. D’après les simulations de CAFPI, dans de nombreux cas, l’enveloppe financière dont dispose le ménage pour acquérir augmente de 10 à 15%.

Assurance emprunteur : à négocier ! De la négociation du prêt et à l’instruction de la demande de PTZ s’ajoute la recherche de l’assurance emprunteur la plus avantageuse. Les mesures mises en place à la suite de la loi Hamon pour faire jouer la concurrence entre assureurs commencent à porter leurs fruits.

Comment commencer à investir dans l’immobilier?

Classé dans : Non classé — 9 février, 2016 @ 4:55

L’immobilier a toujours été une bonne option pour faire des investissements. Il est également une option de placement sûre que d’autres formes d’investissement telles que le marché boursier. Cependant, beaucoup de gens ignorent la façon de faire de l’argent à travers l’immobilier. Les raisons peuvent être le manque de temps pour étudier le marché immobilier ou de l’absence d’intérêt. Toutefois, avant que nous investissions notre argent, il est nécessaire que nous soyons conscients des risques et des rendements attendus de l’investissement.

investir dans l'immobilier



Investissement immobilier : Conseils

Investir dans l’immobilier peut être extrêmement rentable avec des rendements élevés et le potentiel de croissance à long terme. Ci-dessous quelques-uns des conseils sur les investissements immobiliers qui assureront l’augmentation du capital à long terme:
Étude de marché
Si vous souhaitez savoir comment investir dans l’immobilier avec peu d’argent, puis ma première suggestion est que vous devez mener une bonne étude de marché pour connaître les opportunités d’investissement attractives. En faisant une attention à l’auto-étude, vous comprendrez quelle propriété vous convient le mieux et qui générera des rendements maximums.
Fixer votre budget
Tous ceux qui souhaitent comprendre comment commencer à investir dans l’immobilier devraient d’abord fixer leur budget pour leurs investissements immobiliers.Vous devez d’abord décider quelle est votre capacité d’investissement, le montant qui doit être investi et tenir compte de facteurs tels que votre revenu annuel, vos dettes, dépenses mensuelles, etc.
Finaliser le type de la propriété
Il existe différents types de propriétés que vous pouvez choisir. Appartements, maisons en rangée, villas, bungalows, bureaux, magasins, terrains résidentiels ou des terrains commerciaux sont des options que vous pouvez explorer. Soyez conscient du fait que les établissements commerciaux coûteront beaucoup plus que les résidentiels.
Finaliser le lieu
L’emplacement joue un rôle crucial dans tous les types d’investissements immobiliers. La valeur de votre propriété dépendra de sa situation géographique. Ainsi, étudier les zones de la ville et découvrez les valeurs actuelles des propriétés là-bas. Idéalement, vous pouvez essayer d’investir dans des endroits à venir où vous pouvez obtenir des propriétés à bas prix.
Vérifiez le plan
L’étape suivante consiste à la façon de commencer à investir dans l’immobilier est de vérifier les plans d’étage avec le promoteur immobilier. Visitez le siège de promoteurs et comprendre chaque détail de plan et devis du projet. Prendre les conseils d’un agent immobilier que vous connaissez afin qu’il puisse vous guider dans votre sélection de propriété.
Vérifiez la réputation du promoteur
Vérification de la réputation du promoteur immobilier / constructeur, est extrêmement importante. Vous devez acheter une propriété à partir d’un constructeur qui a un bon bilan de livrer des propriétés sur le temps et ayant les meilleures normes de construction et de la qualité dans le secteur de l’immobilier. Assurez-vous que le promoteur a suivi toutes les lois du gouvernement lors de la construction du projet et il n’y a pas de controverses et des tracas juridiques.
Obtenez des finances auprès des prêteurs
L’immobilier est l’une des options d’investissement les plus coûteuses dans la vie de toute personne, et beaucoup d’argent est nécessaire pour cela.Vous devez prendre contact avec votre banque et voir les possibilités pour obtenir un prêt immobilier.Faite appel à un courtier en prêts immobilier pour obtenir le meilleur taux possible.
Une façon d’investir dans l’immobilier sans argent est de vendre un bien immobilier que vous possédez et acheter un neuf pour des rendements plus élevés.

 

Assurance de prêt immobilier : Comment les banques perdent peu à peu le monopole

Classé dans : Non classé — 5 février, 2016 @ 5:41

Posté le 29 janvier 2016 dans la catégorie Je suis propriétaireQuestions d’argent et de droit par Logic-immo.com

Vous le savez : pas d’emprunt immobilier sans assurance. Mais ce que vous ignorez peut-être, c’est que vous n’êtes pas obligé de souscrire à celle que vous propose votre banque. A la clé, des économies significatives et des démarches pas aussi compliquées que l’on pourrait l’imaginer.

Property insurance and security concept. Protecting gesture of man and symbol of house. Wide composition.

Délégation d’assurance : mode d’emploi

Demander à votre banquier les garanties offertes par son assurance

Il est important de connaître les différentes dispositions que vous offre ce contrat ainsi que son montant mensuel. Vous pourrez alors vérifier que l’assurance concurrente propose les mêmes conditions et garanties que celles de votre banque.

Car attention, sans cela, votre établissement de financement est en droit de refuser votre dossier.

Comparer les assurances

Pas la peine d’y passer des semaines car bon nombre de sites spécialisés dans les assurances s’en chargeront eux-mêmes en vous proposant des comparatifs et ce, gratuitement. Pour mettre toutes les chances de vos côtés, choisissez les assurances qui vous protègeront le mieux dans les cas suivants :

  • Interruption de travail
  • Invalidité partielle
  • Perte d’autonomie
  • Et aussi, de décès

Remettre le dossier comparatif à votre banque

Une fois, que vous aurez trouvé le ou les bons contrats, il ne vous restera plus qu’à présenter à votre banquier la fiche d’informations et les différentes clauses comprises par l’assurance.

Il dispose alors de 10 jours ouvrés pour vous donner son accord. Dans le cas où votre demande serait refusée, il doit néanmoins justifier par écrit les différents points qui motivent sa décision.

 

Que faire si votre banquier refuse le contrat d’assurance que vous lui proposez ?

Si vous vous retrouvez dans le cas où votre établissement financier vous propose un taux d’emprunt intéressant mais refuse la délégation d’assurance, vous bénéficiez d’une autre alternative.

Grâce à la loi Hamon effective depuis le 26 juillet 2014, vous pouvez résilier ce contrat d’assurance à l’issue de 12 mois. Et pour que ce changement soit possible, les garanties du contrat concurrent doivent être au moins équivalentes à l’offre de votre banquier.

Vers un rebond de l’immobilier en 2017 ?

Classé dans : Non classé — 19 janvier, 2016 @ 3:45

Posté le 19 octobre 2015 dans la catégorie Je cherche un logement par Logic-immo.com

Malgré des taux exceptionnellement faibles et une offre plus vaste que les années précédentes, les transactions en 2014 et 2015 sont loin d’être spectaculaires et le moral des professionnels, plutôt en berne. Bien des experts annoncent toutefois une stabilisation sur le moyen terme ainsi qu’un rebond à partir de 2017. Voici notre explication…

Vers une hausse de l'immobilier en 2017

Pourquoi une telle stagnation en 2015 ?

Chômage, reprise économique paresseuse et difficulté pour les primo-accédants de concrétiser leur projet sont des éléments suffisants pour expliquer un marché immobilier au ralenti.

Alors que partout en Europe, la tendance est à la hausse, seules la Belgique et la France font encore de la résistance. Mais l’immobilier devrait reprendre des couleurs au fil des mois pour afficher une stabilisation certaine à partir de 2016.

La France remontera enfin à partir de 2017 vers une croissance de + 3% par rapport au prix du m2 qui ne devrait cesser de grimper au cours de 2018. (Source : Agence de notation S&P)

 

Redressement général dans toute l’Europe… mais pas à la même vitesse

Alors que la grande majorité des pays européens avait pâti de la crise financière de 2008, les agences de notation sont forcées d’admettre que tous les territoires ne se sont pas relevés à la même vitesse et avec la même vigueur.

Ainsi l’Irlande, dont le marché immobilier avait subi de plein fouet la crise de 2008, se redresse rapidement avec une croissance qui avoisinera en 2016 une hausse autour de +9 % par apport à 2015. Viennent ensuite le Royaume-Uni avec une hausse prévue de +5 % puis l’Allemagne avec +4,5 % attendus. Enfin, même l’Espagne qui avait vu son marché du neuf imploser, suite à la crise mondiale, reprendra les commandes avec une hausse envisagée de + 2,5 %.

 

Est-il judicieux d’acheter fin 2015-début 2016 ?

La réponse est oui, sans aucun doute. Alors que les investisseurs considèrent la pierre comme une valeur de moins en moins sûre, suite à la loi ALUR et son plafonnement des loyers  et comme nous venons de le voir, une croissance faible, c’est le moment ou jamais pour les particuliers d’évoluer à contre-courant.

Pour ceux qui veulent (et peuvent) acheter leur résidence principale ou secondaire, la tendance actuelle joue particulièrement en leur faveur. La baisse générale des prix permet aux aspirants propriétaires de négocier le prix des biens et autant s’y prendre assez tôt, car dans quelques mois, le m2 devrait logiquement augmenter. Enfin, il est tout à fait judicieux de profiter des taux d’emprunt actuellement proposés puisqu’eux aussi devraient augmenter  au fur et à mesure.

 

Acheter un bien loué : une bonne idée ?

Classé dans : Non classé — 24 décembre, 2015 @ 12:36

Posté le 7 décembre 2015 dans la catégorie Je cherche un logementJe suis propriétaire par Marion de Logic-immo.com

Acheter 10 à 20% moins cher un appartement occupé par un locataire peut être un bon filon pour ceux qui souhaitent faire un investissement locatif. A condition d’être aussi enthousiaste que prudent. La cote revue à la baisse dépendra du loyer et du bail du locataire. Plus ce dernier arrivera à échéance et moins la décote sera élevée. Mais entre un loyer en loi 1948 et une location meublée signée quelques mois plus tôt, les écarts peuvent êtres importants. Il faut mesurer tous les avantages, les risques et savoir que le panel d’investissement est large et mérite à chaque fois une étude minutieuse.

lovely townhouses at berlin

État des lieux du marché locatif

De nombreux produits immobiliers existent. Demandez-vous pour quelle raison vous souhaitez investir : rendement simple, patrimoine, futur habitation pour votre enfant ? Étudions alors ensemble quels pourraient être les avantages de louer avec un locataire ?

Gain de temps

Si votre objectif est d’investir pour louer, vous avez tout intérêt à acquérir le bien avec un locataire en place s’il s’est avéré sérieux et régulier. En effet, cela vous permet non seulement de gagner du temps puisque vous percevez les loyers immédiatement sans passer par la « case recherche », mais ce n’est pas le seul atout…

Locataire déjà « testé »

Bien sûr, même si un dossier de futur locataire est « bétonné », il y a toujours un peu de poker dans l’air quand on ne connaît pas la personne en question. Or dans notre cas de figure, vous pouvez demander l’historique des paiements de loyers, observer par vous-même la propreté et l’entretien des lieux, voir au moment des visites si le feeling passe ou non. Jamais avancé dans les véritables arguments, l’aspect relationnel est pourtant capital. Enfin, la régularité des versements vous rassurera, vous, mais aussi votre banque.

Argument favorable pour la banque

L’inconnu n’est pas aimé par votre banquier. Présentez-lui un dossier ficelé avec un locataire qui paye rubis sur l’ongle depuis plusieurs années et il y a toutes les chances pour qu’il couve d’un œil bienveillant votre projet. Le montage du dossier se fera donc avec un loyer réel réalisé avec de vraies quittances.

Un potentiel locatif avéré

Sauf abri perdu dans la montagne du Larzac, il y a fort à parier que votre bien loué le sera par la suite. Gageons même que le loyer pourra être augmenté après quelques travaux d’embellissement. Vous pouvez aussi décider de le louer plus tard en meublé, si ce n’est pas le cas, et augmenter son prix sensiblement. (Location meublée : quelles sont les nouvelles contraintes pour les bailleurs ?)

Décote mais plus-value à la sortie

Le bailleur qui met en vente son appartement arrive à échéance d’une défiscalisation, décide d’acquérir un autre bien, autrement dit, il a besoin d’argent. Ainsi si vous achetez ledit bien avec un locataire, vous le paierez moins cher et une fois le locataire parti, vous pourrez réaliser une belle opération à condition de vous donner du temps. Il faudra également vérifier si le quartier prend de la valeur, si l’emplacement est propice, bref, étudier le secteur de très près (transports, projets de la mairie…).(Location, un marché contrasté en voie de stabilisation)

Capital, le bail

Une attention soutenue doit être accordée au bail : quand se termine-t-il ? S’agit-il d’un bail civil renouvelable un an, est-ce un bail classique de 1989 renouvelable pour trois ans ou a-t-il été signé en loi 1948 ? Dans ce dernier cas, il est renouvelable de manière illimitée et peut même être transmissible. La décote est alors plus conséquence, jusqu’à 35% environ. Ce qui mérite parfois de s’y intéresser… En revanche si le locataire en loi 1948 a plus de 70 ans ou s’il est handicapé, la loi ne vous permet pas de lui demander de partir.

Demandez à voir le bail en question dans tous les cas de figure. Dans un objectif de plus-value à long terme, dites-vous bien que chaque cas est particulier. N’hésitez pas à demander conseil à votre notaire, un bon moyen aussi de mettre le pied à l’étrier pour ce nouveau projet !

Crédit Foncier : le prêt à taux zéro 2016 financera bien jusqu’à 40 %

Classé dans : Non classé — 16 décembre, 2015 @ 6:17

Le 16 décembre 2015 -

Prêt taux zéro L’élargissement du PTZ+, version 2 du quinquennat de François Hollande, doit encore être publié au Journal Officiel. En attendant, le Crédit Foncier en révèle les grandes lignes, en confirmant notamment le rehaussement à 40 % de la participation du prêt à taux zéro.

Les primo accédants pourront même financer de l’immobilier ancien, avec toutefois une grosse obligation de travaux. Un prêt à taux zéro jusqu’à 138 000 €

L’année 2016 devrait être celle des primo accédants, qui retrouvent du pouvoir d’achat grâce à la baisse des taux immobiliers. Le gouvernement leur a fait un cadeau, sous la forme d’un prêt à taux zéro plus élargi que jamais. Jusqu’ici, la participation du PTZ+ au financement du projet allait de 18 % à 26 %, en fonction des zones géographiques. Les plus tendues sont les zones A et B1, la moins tendue est la zone C.

Mais dès le 1er janvier 2016, la quotité maximale PTZ+ montera à 40 %, quelque soit la zone visée. En revanche un plafond de coût de l’opération sera maintenu, et restera évolutif en fonction du nombre de personnes destinées à occuper les lieux. Par exemple, un célibataire habitant en zone A pourra obtenir jusqu’à 60 000 € de prêt immobilier gratuit, contre 39 000 € aujourd’hui. Si ses voisins sont une famille de 5 personnes et plus, ils pourront même obtenir la somme record de 138 000 €, contre 89 700 € cette année. Des parents et leurs 2 enfants souhaitant acheter leur résidence principale en zone B2, pourront obtenir jusqu’à 80 000 €.

La version actuelle ne leur permet d’obtenir « que » 46 200 €. Le coût de l’opération inclut le prix du bien immobilier convoité, ainsi que les éventuelles commissions d’agence. Les frais d’achat, incluant les taxes et émoluments des notaires, ne sont pas comptabilisés. Qui pourra bénéficier du prêt à taux zéro 2016 ? Sur le fond, rien ne change pour la version 2016 du PTZ+. Ce dispositif s’adresse aux ménages n’ayant pas été propriétaire de leur résidence principale, au cours des 2 dernières années. Un couple ou un célibataire possédant un bien immobilier locatif qu’il n’habite pas, peut  prétendre au prêt à taux zéro. Toutefois des secundo accédants devront être locataire pendant au moins 2 ans avant de pouvoir déposer leur dossier.

Il existe une exception pour les familles victimes de catastrophes naturelles ou technologiques, forcées de quitter leur logement. Mais le seul filtre de la primo accession ne suffit pas, encore faut-il que le cumul des revenus des personnes destinées à occuper les lieux, ne dépasse pas un certain plafond.

Aujourd’hui encore un couple avec un enfant habitants en zone B1, peut prétendre au PTZ+ si ses revenus de référence ne dépassent pas 43 200 €.

D’après les données observées sur le site du Crédit Foncier, dès le 1er janvier 2016 ils y auront droit si leurs revenus ne dépassent pas 51 000 €. Les plafonds de revenus des jeunes couples ne sont que très peu rehaussés, avec 51 800 € en zone A contre 50 400 € auparavant. En revanche une famille de 4 personnes en zone B2 pourra y prétendre si ses ressources ne dépassent pas 54 000 €, contre 48 000 € auparavant.

Nouvelles règle pour l’achat d’immobilier ancien La grande nouveauté 2016, est que le dispositif pourra servir à financer un bien immobilier ancien dans toute la France. Cette année il se limitait à 6000 communes de la zone rurale C, à moins de transformer un logement ancien suffisamment de manière à l’assimiler fiscalement à un local neuf.

Cette année les règles ont été simplifiées, avec une obligation de conduire des travaux correspondant à 25 % du coût de l’opération, et ce dans toutes les communes de France. Il reste que le coût des travaux pourrait ainsi se monter à près de 33 % du prix du bien immobilier, ce qui limite les recherches. Car pour que de telles rénovations soient nécessaires, les intéressés doivent rechercher une habitation mal isolée, au réseau électrique obsolète. Mais la bonne nouvelle est que le PTZ+ pourra également financer une « création de surface habitable supplémentaire » (source : service-public.fr). La moins bonne est que si l’on suit les règles pied de la lettre, la participation du PTZ+ ne s’adressera qu’aux prix du bien immobilier en lui-même. Qu’importe, le reste pourra être financé via un éco PTZ+, à hauteur de 30 000 € sans intérêts.

Le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE): mode d’emploi

Classé dans : Non classé — 7 décembre, 2015 @ 5:51

Le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE): mode d’emploi

Posté le 23 novembre 2015 dans la catégorie COP21 par Marion de Logic-immo.com

On ne prête qu’aux riches ? Pas si sûr. Ce crédit d’impôt n’est pas soumis aux conditions de ressources. Comment savoir s’il est applicable à vos travaux ? Suivez-nous !

Non, il ne marche pas pour les résidences secondaires, oui il fonctionne en résidence principale (ouf…), que vous soyez propriétaire occupant, locataire ou occupant à titre gratuit. Est-il valable pour toute habitation ? Qu’importe pourvu que votre maison chérie ou appartement préféré soit en France et achevé depuis plus de deux ans. Ce qui laisse la place à pas mal de nos concitoyens.

Mortgage calculator. House, noney and document.Promulgué par la Loi de Finances pour 2015, le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) est applicable à certains travaux de rénovation ou d’amélioration énergétique de votre habitation principale. Mais encore ? Le crédit d’impôt -attribué sans condition de ressources- n’est pas une déduction réalisée sur votre revenu imposable mais un montant à déduire directement de l’impôt à payer sur votre revenu pour l’année pendant laquelle les travaux sont réalisés et payés. Ce dispositif vous concerne que vous soyez imposable ou pas. Si vous êtes non imposable ou si le crédit d’impôt est supérieur à l’impôt dû, l’excédent vous est reversé.

Les conditions à remplir

Pour votre home-sweet home, (maison ou appartement, studio ou loft..), les travaux concernent les planchers, les murs et les toitures, en passant par les combles, les vides-sanitaires etc. Les matériaux, équipements ou appareils mis en œuvre doivent répondre à des caractéristiques techniques et performances précises.

Puis-je acheter les matériaux moi-même ?

Les travaux de rénovation énergétique doivent impérativement être réalisés par l’entreprise qui fournit les matériaux. Si vous les achetez par vous-mêmes, ils ne pourront pas vous faire profiter du CITE, ou seul le coût de la main d’œuvre serait pris en compte.

Quel est le taux de crédit d’impôt ?

Si vous remplissez bien toutes les conditions, le CITE vous permet de déduire de votre impôt sur le revenu, 30% des dépenses de travaux de rénovation énergétique éligibles (montant plafonné). C’est l’année du paiement de la dépense qui est prise en compte pour le calcul du crédit d’impôt.

A vos calculettes !

Pour vos travaux d’isolation thermique des parois opaques (toiture, murs, plancher bas), le montant des dépenses éligibles est calculé sur le coût TTC des travaux après déduction des aides ou subventions reçues par ailleurs (aides des collectivités, de l’Anah, aides perçues dans le cadre des CEE, etc.), soit 150 euros TTC par m² de paroi isolée pour les travaux d’isolation thermique par l’extérieur (ou ITE) et 100 euros TTC par m² de paroi isolée pour les travaux d’isolation thermique par l’intérieur (ou ITI). Sachez enfin que le montant maximal est plafonné à 16 000 euros pour un couple (soumis à imposition commune) et 8 000 pour une personne seule. Une majoration de 400 euros est appliquée par personne à charge (200 € par enfant en résidence alternée)

Cumulez, c’est permis !

Toutes conditions d’éligibilité remplies, le CITE est cumulable avec l’éco-prêt remboursable sans intérêt) ou TPZ et n’oubliez pas que la TVA chute alors à 5,5%. Elle est pas belle la vie ? Si.

Et vous, avez-vous déjà profité de ce crédit d’impôt avantageux ? Quels seraient vos projets futurs ? Dites-nous tout, le blog est fait pour ça.

 

Comment déclarer sa nouvelle taxe foncière après l’agrandissement de sa maison ?

Classé dans : Non classé — 4 novembre, 2015 @ 5:22

Posté le 14 octobre 2015 dans la catégorie Questions d’argent et de droit par Marion de Logic-immo.com

Voilà plusieurs années que vous rêvez d’une véranda ou de transformer votre garage en lieu de vie supplémentaire. Mais attention, avant de vous lancer, vous devez savoir que cet agrandissement a un impact sur vos impôts. Voici nos conseils du jour pour déclarer dans les règles !

Comment déclarer sa nouvelle taxe foncière après l’agrandissement de sa maison ? 393873a598fd741632c0e28f7fdb27cd

Un aménagement qui a un coût

C’est une charge financière à prendre en compte car elle aura une incidence sur le montant de votre taxe d’habitation et de votre taxe foncière sur le bâti. C’est pourquoi bien des particuliers s’étonnent d’une augmentation conséquente, même après la création d’une véranda de moins de 20m2. Car, dans la mesure où votre bien s’agrandit, sa valeur locative n’est plus la même et les taxes s’alignent sur ce changement.

Bon à savoir : La construction d’une piscine ou l’ajout d’un garage, même si bien sûr vous ne vivez pas dedans, entraînent aussi une hausse de la valeur locative de votre bien et donc de vos impôts locaux.

 

Quelles sont les étapes à suivre pour être en règle ?

Il est capital de vous manifester et de déposer vos déclarations au centre des finances publiques auquel vous êtes rattaché. Le délai est important puisqu’il est impératif de vous déclarer dans les 90 jours qui suivent l’achèvement de la construction.

Enfin, en déclarant vos travaux d’agrandissement dans ce délai imparti, vous pourrez bénéficier d’uneexonération de taxe foncière pendant deux ans.

Bon à savoir : Une construction est considérée comme achevée dès que l’avancement des travaux vous permet une utilisation effective. En clair, même s’il vous reste de nombreux travaux intérieurs à terminer, l’Etat part du principe que votre construction est achevée quand elle devient « habitable » même de façon spartiate.

 

Du côté des crédits d’impôts

Vous pouvez en bénéficier et le déduire de votre impôt sur le revenu, en fonction de la nature de certains travaux. Ainsi ceux concernant l’isolation ou la mise en place d’un nouveau système de chauffage sont éligibles. De même pour les travaux d’agrandissement qui permettent d’installer des équipements à l’attention des personnes âgées ou celles atteintes d’un handicap.

Bon à savoir : Ne comptez donc pas sur un crédit d’impôt pour la construction d’une piscine, de balcons, de loggias, de terrasses ou de vérandas car ils sont considérés comme des constructions à autre usage que l’habitation.

Immobilier : plus forte baisse des prix depuis 3 ans !

Classé dans : Non classé — 21 octobre, 2015 @ 3:18

19/10/2015 à 15:33 – Immobilier – Par Alix GuinetRéagir

 

Immobilier : plus forte baisse des prix depuis 3 ans
Immobilier : plus forte baisse des prix depuis 3 ans

Si l’on en croit les notaires, au cours du 2ème trimestre 2015 la baisse des prix de l’immobilier s’est révélée particulièrement significative. Un recul qui ne remet pas en cause la hausse attendue pour les semaines à venir.

Une première moitié 2015 placée sous le signe de la baisse des prix

La baisse des prix de l’immobilier a battu son plein lors des six premiers mois de l’année, avec un point d’orgue atteint au 2ème trimestre. Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires ont en effet pu constater une correction de l’ordre de -0,6% des prix de l’immobilier ancien par rapport au trimestre précédent (-0,5% pour les maisons, -0,8% pour les appartements). En variation annuelle, ce repli se révèle on ne peut plus marqué, s’établissant à -2,8% (-2,6% pour les maisons et -3,1% en ce qui concerne les appartements). Si les candidats à l’achat pourraient considérer de tels chiffres comme relativement faibles (beaucoup espéraient une décrue plus franche), les notaires soulignent pourtant qu’il s’agit là de la plus importante baisse enregistrée depuis 2012. Un mouvement qui, associé au repli des taux de crédit observé dans le même temps, aura donc permis à bon nombre d’acheteurs potentiels de revenir sur le marché.

Immobilier : la remontée des prix ne semble plus faire de doute

Mais en matière d’immobilier, la vérité d’un jour n’est bien souvent plus celle du lendemain. La situation a ainsi évoluée significativement au cours de ces derniers mois et si la baisse des prix animait le marché avant l’été, c’est désormais vers une stabilisation, voire une hausse que ceux-ci semblent désormais devoir se diriger. Entre fin mai et début août, les taux de crédit immobilier ont enregistré une remontée suffisamment dynamique pour inciter les candidats à l’achat à précipiter leur projet. Cet afflux soudain d’acheteurs (et la hausse des transactions qui en a résulté) ne pouvait que peser sur les prix, tirant ces derniers vers le haut notamment dans les zones tendues. Après analyse des avant-contrats et en s’appuyant sur leurs projections, les notaires estiment donc que le mouvement baissier est aujourd’hui derrière nous. Si les prix des maisons devraient selon toute vraisemblance se stabiliser, ceux des appartements pourraient accuser une progression de +1,1% à la fin du mois de novembre 2015.

IMMOBILIER ANCIEN: LA REPRISE SE CONFIRME SUR LES 9 PREMIERS MOIS DE 2015

Classé dans : Non classé — 12 octobre, 2015 @ 3:49

Selon deux réseaux d’agences immobilières Le Marché immobilier de l’ancien confirme sa reprise, avec des transactions en hausse de 10% à 12% pour les neuf premiers mois de 2015 sur un an, grâce au retour des ménages accédant à la propriété ;
De janvier à septembre, les transactions ont progressé de 10% sur un an avec une accélération sensible au 3e trimestre (+14%).
Les prix attractifs, et les taux d’intérêt faibles stimulent les primo accédants.

Cette reprise du nombre de ventes touche plus particulièrement les primo-accédants, qui reviennent sur le marché et ont représenté 36% des ventes au 3è trimestre 2015, contre 31% en 2014.
Si le prêt à taux zéro (PTZ) sous conditions de travaux dans l’ancien lancé pour 8.000 communes rurales en 2015 aura eu peu d’effet sur le marché, son extension à 30.000 communes décidée par le gouvernement est un bon signal pour les acquéreurs.
En effet près d’un primo-accédant sur deux achète dans une commune de moins de 20.000 habitants, et un sur trois est dépourvu d’apport, selon une étude CSA.
Reste que la condition des travaux à réaliser est un frein important au passage à l’acte des acquéreurs.

Le marché se rééquilibre, il est freiné faute de mises en vente de logements, ce qui limite la baisse des prix, particulièrement dans les centres villes et sur les logements les plus recherchés. En France, les prix ont baissé de 1,9% au troisième trimestre, sur un an, à 2.379 euros le m2, selon les transactions.

1...34567...17
 

JJB,BJJ,Kimono jjb,gi jiu j... |
L'offshore et la fisca... |
Le blog du salon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Idabox
| Un républicain libéral en c...
| The Teamwork Project